H.Pichoux-Huayna-Picchu

Il est tout à fait légitime de se poser la question. Pourquoi prendre un Guide de Haute Montagne si l’on ne souhaite pas nécessairement se lancer dans une expédition ou un trekking engagé en haute altitude comportant des passages techniques?
Il est évident que cela représente un coût non négligeable au regard notamment de l’accompagnement par un « guide francophone de votre agence locale » proposé de façon courante.

Il me semble important en premier lieu de revenir sur le métier de Guide.
Nous sommes avant tout des Guides, de Haute Montagne certes, mais pas uniquement.
L’image prestigieuse de cet environnement extrême qui est un de nos terrains d’exercice ne devrait pas nous y enfermer et nous rendre inaccessibles. Combien de fois entendons-nous dire : « la montagne extrême, ce n’est pas pour nous… »; « je ne veux pas faire de l’alpinisme et prendre des risques importants… »; « je n’ai pas l’entraînement ou la condition physique… » etc.
Après une longue formation (environ 10 ans), notre activité professionnelle se pratique très souvent loin de la Haute Montagne : escalade sous toutes ses formes (que ce soit tout simplement dans les merveilleuses Calanques de Marseille et sa région, le Verdon, la Sardaigne, la Grèce, le Maroc, la Thaïlande, et tant d’autres destinations plus ou moins lointaines), tous les déserts de la planète, le canyoning à tous niveaux, et plus simplement les innombrables marches d’approche…
La diversité de nos pratiques nous a renforcé dans nos capacités d’organisation, mais surtout dans la gestion de l’imprévu et du risque.
Que dire de ces montées en refuge qui ne sont généralement que de simples promenades de santé, mais qui se transforment en cauchemar s’il se met à neiger, que la visibilité est soudain réduite à néant, qu’un orage éclate…Combien de situations périlleuses avons-nous dû gérer, de décisions difficiles, d’accidents et de secours à organiser… La liste est longue et il est inutile de se voiler la face.
Notre formation de haut niveau et notre vie professionnelle nous a forgé un caractère et des compétences indispensables à la pratique de terrains d’aventure, quels qu’ils soient. Nous avons le devoir de réagir au mieux en cas de pépin au bout du monde ou tout simplement, de rassurer, d’être là, de faire ressortir ce sentiment de sécurité qui se dégage de notre présence…parce qu’on en a vu tellement…
Nous avons une formation approfondie de secourisme et d’organisation de secours, et suivons des stages de recyclage obligatoires régulièrement. L’expérience du voyage lointain et engagé nous contraint à une pratique et une remise en cause permanente, en particulier sur la médecine d’urgence et d’expéditions. Nous sommes effectivement souvent très éloignés de toute infrastructure médicale et sommes amenés à gérer le côté médical de nos aventures. Nous ne partons jamais sans une pharmacie complète élaborée sous le contrôle d’un médecin, que nous utilisons souvent, qu’il s’agisse du petit bobo à ne pas laisser dégénérer aux traitements extrêmes (crises cardiaques, oedèmes, accidents traumatiques…).
Nous avons également développé une compétence particulière pour la gestion des participants, et l’analyse des capacités physiques et morales de chacun, y compris de l’encadrement et de l’équipe logistique qui nous est indispensable.
Nous avons enfin une très grande expérience et une connaissance approfondie des conséquences de l’altitude, du mal aigu des montagnes, des problèmes d’acclimatation, mais aussi des pays exotiques et des maladies qui s’y rencontrent.

Au-delà de nos compétences techniques en terrains extrêmes, il me semblait important de rappeler notre gestion quotidienne du risque et notre confrontation permanente à l’imprévu, qui peut beaucoup plus fréquemment qu’on ne veut bien le croire, devenir un réel danger s’il est mal géré. Alors oui, un simple trek en terrain facile peut devenir extrêmement périlleux… Et nous entendons chaque année parler d’accidents plus ou moins graves, en terrain classique,  conséquences d’une mauvaise appréciation des risques, d’une mauvaise anticipation des aléas, d’un comportement inadapté ou de prises de décisions inadéquates en situation d’urgence. Notre capacité à gérer ces éléments est une part fondamentale de notre métier, et les règles de sécurité sont une priorité absolue.

Hervé Pichoux. Guide de Haute Montagne UIAGM.

Share Button
Add to Flipboard Magazine.